Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 12:46

Assez rapidement, les Etasuniens tournèrent le dos à leur propre directive , la directive « JCS 1017 », qui prévoyait, d’une part, d’éliminer ou de contrôler toute industrie allemande qui pourrait avoir des fins militaires et, d’autre part, d’épurer la fonction publique et de chasser les nazis des postes de responsabilité dans les grandes entreprises.

Les capitalistes étasuniens, qui avaient des liens anciens et durables avec l’Allemagne, et qui avaient investi 1 milliard de dollars dans ce pays en 1945, s’opposèrent à toute socialisation et s’allièrent même avec certains nazis. Ainsi, les Etasuniens refusèrent la création d’un tribunal international chargé de juger les industriels et les financiers nazis. Hjalmar Schacht semble également avoir bénéficié de cette « surprenante magnanimité » en étant acquitté par le tribunal de Nuremberg.

Dès octobre 1945, dans la zone américaine, les chefs d’entreprise furent autorisés à reconstituer leurs associations au plan local –en accord avec les syndicats réformistes. L’année suivante, se furent les syndicats patronaux de branches qui se reconstituèrent.

Cette politique économique, contraire à l’esprit des accords de Potsdam, eu son pendant militaire. Je ne prendrai qu’un exemple afin d’être bref : à Fürstenfeldbruch, près de Munich, des aérodromes militaires furent réparés et agrandis au lieu d’être détruits !

Le problème des réparations a déjà été évoqué sur ce site. Nous pourrons y revenir. De même pour le plan Marshall.

Ces alliances plus que douteuses et ce non-respect patent des traités n’ont pas heurté la bonne conscience des « leaders du Monde libre » car leurs intérêts de classe étaient, à juste titre, menacés. Ils ne sont honnêtes et affables que quand les nations et les peuples sont « under control » de leur impérialisme…

 

Cf. Gilbert BADIA, Histoire de l’Allemagne contemporaine, éd. sociales, 1962, vol. 2, pp. 261-264.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joseph
commenter cet article

commentaires

thomas 17/03/2013 16:30

avait vous des témoiniages qui prouverait que la RDA était une démocratie ?

Joseph 18/03/2013 12:47



Ce que j’écris est basé sur les témoignages, les observations et les analyses des journalistes, des historiens et, plus généralement des
écrivains qui ont été publiés.


 


Personnellement, je ne connais pas de témoin direct valable. Un témoin « utile » aurait dû :


-         maîtriser la langue
allemande ;


-         connaître la société
est-allemande ;


-         séjourner assez longtemps
en RDA ;


-         avoir accès à des
assemblées réservées en temps normal aux citoyens de cet Etat.


 



thomas 10/02/2013 12:29

et je vous répondrais la même réponse. le multipartisme n'était que façade en RDA il n'y avait qu'un partie qui dirige la société (raison de s manfiestation 89 démocratiser la société) .
témoiniages :
G. : En principe, en RDA, les élections de la Chambre du Peuple, c’est-à-dire de l’organe le plus important du gouvernement et représentation du peuple avaient lieu tous les 5 ans. Évidemment,
officiellement, la participation aux élections étaient volontaire et la participation électorale étaient de 99,9% (c’était bien sûr une grosse blague). Au sein de la population, le bruit courait
que les résultats des élections étaient truqués (en fait, il était clair qu’ils l’étaient mais il n’y avait pas moyen de le prouver).

Ce n’est qu’en 1990 que, du fait de l’important nombre de scrutateurs chargés du décompte des voix que le celui-ci permit de dévoiler la manifeste supercherie. On ne pouvait pas se permettre de
s’abstenir ou de ne pas participer au vote ! D’une certaine manière, on ne pouvait pas sortir de sa tête l’idée que la Stasi maîtrisait cela parfaitement, mais bien entendu, on ne pouvait rien
prouver.

Étant donné que nous avons fui en 1989, je n’ai vécu que les élections de 1976, 1981 et 1986. Et je ne me souviens bien d’aucune d’entre elles. Je sais seulement qu’alors que j’étais à l’hôpital en
1981, les scrutateurs sont venus jusqu’à mon lit de malade. Pour qui pouvait-on donc voter ? Je rejetais les partis et les organisations de masse, les personnalités et les représentants, je ne les
connaissais pas. Alors je traçais ma petite croix, pliais le bulletin de vote.. et voilà. Crois-moi, dans un pays où l’hégémonie d’un parti est inscrite dans la constitution, je n’avais pas
vraiment l’impression de pouvoir changer quoi que ce soit… ça a pris un certain temps pour que la colère, la frustration et la déception soient devenues assez insupportables pour que les masses se
mettent à se soulever et à se défendre. D’ailleurs à ce moment-là, notre famille était déjà partie, nous avions déjà „pris le large à l’ouest“ – c’était comme ça que l’on disait.
http://www.taurillon.org/Vivre-et-voter-en-RDA,05050

Joseph 10/02/2013 15:24



Je crois que chacun de nous a présenté
ses arguments soit dans les articles, soit dans les commentaires. A présent, il me semble que l'on pourrait laisser nos éventuels lecteurs se forger leur opinion. Et si celle si allait dans mon
sens je n'en serais pas mécontent...



thomas 08/02/2013 22:59

les USA sont une puissance impérialiste mais c'est mal-grès tout une démocratie, bourgeoise peut être mais c'est un régime bien plus démocratique que l’Allemagne Nazi ou la RDA!

Joseph 09/02/2013 14:58



Je renvoie mon fidèle contradicteur à mes deux articles sur la démocratie en RDA :


http://uneallemagnesocialiste.over-blog.fr/article-la-democratie-en-rda-premiere-partie-113609944.html


http://uneallemagnesocialiste.over-blog.fr/article-la-democratie-en-rda-seconde-partie-114882070.html


Dans le genre simulacre ou quintessence de la démocratie formelle les Etats-Unis d’Amérique sont bien placés. La moitié environ des
électeurs inscrits votent pour deux partis représentant la même oligarchie…



thomas 06/02/2013 22:12

tu a affirmer que le régime était légitime car les opposant que certain appelle dissident était minoritaire. mais j'aimerais dire que c'était pareille avec l’Allemagne nazi. la majorité du peuple
allemand a suivit Hitler, complice des ses crimes

Joseph 08/02/2013 13:16



Les opposants au bipartisme étasuniens sont également minoritaires.


Dans ce cas, je dois dire, même je trouve cette situation plus que regrettable, qu’il existe  une
adhésion, au moins passive, au régime.


Toutefois, si j'ai beaucoup de chose à rapprocher aux dirigeants des Etats-Unis, je ne les qualifierais pas de nazis.


 



thomas 02/02/2013 12:16

a part pour économie les ressemblance entre les 2 régimes : embrigadement de la jeunesse, partie unique, culte personnalité du chef, police secrète, pourchasse des opposant, grand importance du
sport. une personne qui a été le symbole de l'horreur de ces 2 régimes : Margaret Buber-Neumann.

Joseph 09/02/2013 16:52



En me promenant sur la Toile, je me suis aperçu, que dans le Dictionnaire électronique
des synonymes disponible sur le site électronique de l’université de Caen, « pionnier », « (boy-)scout » et « colon » étaient considérés comme des synonymes
(http://www.crisco.unicaen.fr/des/synonymes/pionnier).


On remarquera que les organisations jeunesse, et même les organismes publics qui s’occupent de ces tranches
d’âge, ne sont jamais neutres : ils font des choix pédagogiques, idéologique, religieux, etc. Le contexte social, la période historique, le caractère implicite ou explicite de ces choix
expliquent dans une large mesure les différences. De plus, le temps ayant fait son œuvre, nous ne percevons plus les pratiques et les objectifs de ces organisations comme ils étaient perçus à
l’époque.


Toutefois, on retrouve les notions de discipline, d’effort, de mise en commun, etc. à l’extrême-gauche et à
l’extrême-droite, chez les laïques comme chez les religieux. Dans presque tous les cas, on voit des drapeaux, des saluts, des uniformes –souvent avec un foulard-, des cérémonies, etc.


Ces ressemblances n’impliquent pas forcément une parenté idéologique, mais le public étant le même, les solutions
organisationnelles et symboliques sont similaires.


Mais il faut vraiment être gonflé pour oser mettre un signe d’égalité entre les organisations qui prônait le
racisme et la haine de l’Autre et celles qui mettaient en avant des valeurs progressistes (solidarité, respect de l’Autre –c’est-à-dire de soi-même–, amitié entre les peuples, etc.).


Pour le plaisir, j’ai sélectionné quelques photos pour montrer que dans la plupart des cas les différences de
fond ne sautent pas aux yeux.


Camp des faucons rouges (mouvement proche de l’Internationale socialiste)






Source de la photo : http://bataillesocialiste.wordpress.com/1974-simple-militant-le-temps-des-combats-jaquier/





Source de la photo : http://www.fauconsrouges.org/spip.php?article24


 


 


Plus récents


Scouts de France


 






Source : http://www.paroissedevillefranche.net/grandir-dans-la-foi/enfants/scouts-et-guides-de-france/


 


Pionniers de la RDA.





Source : http://www.mdr.de/damals/eure-geschichte/themen/artikel96616.html



thomas 31/01/2013 17:09

la RDA a aussi recyclé des nazis :

Le parti communiste au pouvoir en RDA, la SED, comptait plus d'anciens nazis que ce que l'on pensait jusqu'à présent, affirme l'hebdomadaire Der Spiegel dimanche en citant les recherches d'un
historien. En 1954, soit cinq ans après la création de la RDA, le Parti socialiste unifié d'Allemagne, principal parti au pouvoir de 1949 à 1989, comptait 27% d'anciens militants du NSDAP, le parti
national-socialiste d'Adolf Hitler, selon l'historien Jan Foitzik, cité par le magazine.

Dès 1946, la SED a recruté dans ses rangs d'anciens nazis et en 1947, il fut décidé qu'ils devaient être traités comme "des citoyens au même titre" que les autres, selon la même source. En 1954,
32,2% des employés des administrations publiques étaient d'anciens membres du parti nazi. L'historien publie actuellement un livre sur les intérêts soviétiques en RDA de 1945 à 1954.

La RDA s'est officiellement construite en opposition au "monde fasciste" en Allemagne de l'Ouest. Elle n'a jamais fait de travail sur son passé nazi comme à l'Ouest, considérant que les anciens
nazis étaient réfugiés à l'Ouest.
http://www.europe1.fr/International/Des-nazis-chez-les-communistes-de-la-RDA-1248805/

Joseph 31/01/2013 17:52



Le « devoir de mémoire » a bien été fait en RDA. Dès le plus jeune âge à l’école. En revanche, en RFA, il y eu beaucoup de silence et
beaucoup d’accommodements avec le passé national-socialiste.


Les principes sur lesquels était fondé l'Etat socialiste étaient à l'opposé de ceux sur lesquels se fondaient les fascistes allemands. En ce
sens, la RDA  était réellement « en  opposition au "monde fasciste" ».


Le « recyclage » des « anciens nazis », plus exactement des « petits » nazis en RDA ne constitue pas une
révélation. Après quelques années il fallait bien construire avec les Allemands tels qu'ils étaient et tels qu'ils avaient été et non comme on les rêvait. D'ailleurs, un des partis que vous jugez
« de façade leur était plutôt destiné.


Le livre-témoignage de Maxim Leo montre bien la cohabitation des engagements et des générations.


 



thomas 26/01/2013 19:37

Hjalmar Schacht a été accuer d'avoir participer complot 20 juillet 1944 (attentat contre hitler) et interné dans divers camps de concentration (notamment Ravensbruck et Dachau) jusqu'à la fin de la
guerre .

si a été acquitté et relâché en 1946, mais il est à nouveau jugé par plusieurs tribunaux allemands de dénazification à partir de 1946. Si le premier d'entre eux l'a condamné à une peine de huit ans
de travaux forcés, les autres l'ont classé en catégorie 5 (relaxé pour faits de résistance).

Joseph 17/06/2013 15:16



Voici ce qui ressort du résumé de la thèse « Hjalmar Schacht, financier et diplomate » de Frédéric Clavert.


 


«  (…) Le processus de dénazification souffre, dans le cas
particulier de Schacht, de cet acquittement. Après un premier procès dont les archives semblent indiquer qu’il ne fut pas équitable, les Spruchkammer du Würtemberg-Bade et de Basse-Saxe classent Schacht en catégorie V : grâce à ses faits de résistance, Schacht est libéré. La complexité de ces
procédures, la rivalité entre Länder, la logique de la loi de dénazification qui attribue aux Résistants une sorte de relaxe automatique,
permettent à Schacht d’être libéré. Finalement, Schacht est un symbole des limites de la procédure de dénazification, qui voit des subalternes être classés en catégorie III (une sorte de
culpabilité « modérée ») et des dignitaires en catégorie V (relaxe). (… »


 


L’auteur de ces lignes est donc un « pro-soviétique » qui s’ignore…


 


Source : http://afhe.hypotheses.org/96



Présentation

  • : Le blog de Joseph
  • Le blog de Joseph
  • : Bienvenue sur une "ALLEMAGNE SOCIALISTE". Bonjour ! Ce bloc-notes virtuel fait par un Français a pour but de donner une autre image de cette autre Allemagne. Il s'appelle "Une Allemagne socialiste" car il traitera essentiellement de la République démocratique allemande (RDA) mais aussi parce que Joseph espère que ses voisins d'outre-Rhin construiront une Allemagne socialiste... --- Benvenuto su "UNE ALLEMAGNE SOCIALISTE" ("UNA GERMANIA SOCIALISTA").Buongiorno !
  • Contact

Recherche

Liens