Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:22

Pour le plaisir, j’ai ouvert plusieurs manuels scolaires parus entre 1955 et 1990. Les textes rédigés par des universitaires distingués ou des professeurs permettent, aujourd’hui, de répondre aux affirmations purement idéologiques.

Pour cet article, je vais utiliser quelques extraits de L’Europe et l’Union soviétique, cours de géographie, classe de quatrième, édité chez Delagrave.


 

 

 Affirmation idéologique fantaisiste : On peut comparer les deux Etats allemands car ils appartiennent à la même zone géographique.

Dans le manuel on peut lire :

 « • Les conditions naturelles : elles sont encore plus médiocres qu'à l'Ouest.

    • La plaine glaciaire du Nord couvre les 2/3 de la superficie de la République Démocratique. C'est la région la plus désolée de l'Allemagne (…). Malgré un travail séculaire, l'agriculture reste pauvre. Il n'y a ni mines, ni industries, sauf autour de Berlin qui doit ses usines à sa fonction de capitale.

   • La zone hercynienne, au Sud, prolonge celle de l'Ouest avec les mêmes caractères.

 - [Les massifs] (…) nourrissent un élevage médiocre, mais renferment des minerais qui sont à l'origine de l'industrie.

 - Seules les plaines et bassins de la Saxe, de la Thuringe et de la Börde (…) portent de riches cultures. Elles offrent en abondance le lignite et la potasse. » (pp. 152-153)

 


 

 

Affirmation idéologique très partisane : la collectivisation des terres a été le principal handicap de l’agriculture.

Ce qu’écrivent les auteurs de l'ouvrage :

 « L'héritage du passé: des régions moins développées que celles de l'Ouest.

  • Les progrès agricoles ont été freinés par le régime de la propriété. L'aristocratie des Junkers détenait, dans la plaine surtout, d'immenses domaines, cultivés par des ouvriers agricoles, mécanisés, mais qui ne recevaient pas d'améliorations foncières. L'agriculture est maintenant collectivisée. » (p. 153)

« L'agriculture : un demi-échec.

   • La réforme agraire a transformé la propriété agricole. Dans un premier temps, les grands domaines ont été confisqués, morcelés et distribués aux ouvriers agricoles, aux paysans pauvres et aux refugiés. Dans un second temps, on a groupé ces propriétés en coopératives - complétées par des stations de machines - malgré les résistances des paysans. » (…)

« • La production est insuffisante. Bien qu'elle soit en progrès, elle n'atteint pas son niveau d'avant la guerre. Le ravitaillement reste difficile et certaines denrées sont encore rationnées. Cela tient à la pauvreté des sols, au système coopératif trop rigide, à l'insuffisance de la main-d’œuvre et du matériel, mais aussi à la résistance des paysans. » (p. 155)


 

 

Affirmation idéologique infondée : Les deux parties de l’Allemagne étaient détruites par la guerre, seul le secteur occidental a su opérer un redressement rapide. Les Allemands ont d’ailleurs « voté avec leurs pieds » en passant de l’Est à l’Ouest.

Ce qui est écrit dans le manuel :

« • Le pays a été bouleversé par la guerre. Les bombardements ont anéanti des villes entières (Dresde, Berlin). La moitié du matériel industriel a été enlevé par les Russes au titre des réparations, et le reste exploité par des sociétés soviétiques. La population a perdu 3 millions d'habitants refugiés à l'Ouest; mais elle a reçu 4 millions de personnes expulsées des provinces cédées à l'Est et qu'il a fallu assimiler. Enfin la coupure avec la Silésie, devenue polonaise, et la Ruhr qui a cessé ses envois, a désorganisé l'économie.

  • Le nouvel Etat s'efforce de vivre sur ses propres ressources. II a pris modèle sur l'économie soviétique : des plans successifs, de deux ans, puis de sept ans, fixent les objectifs à atteindre. Une économie nouvelle en est sortie. » (p. 154)


 

Bien sûr, j’ai choisi les passages en toute subjectivité…

Cela étant, même un génie du coup de ciseaux n’arriverait pas à faire coïncider les descriptions et les analyse des auteurs du manuel avec les « arguments » du « prêt-à penser » !

 

 

Source : L’Europe et l’Union soviétique, cours de géographie (classe de quatrième) publié sous la direction d’A. J.-C. BERTRAND, inspecteur d’académie et de Rober KIENAST, agrégé de l’université, par H. JEANBLANC, agrégé de l’université, E. VERDIER, professeur de géographie, librairie Delagrave, Paris, 1955.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joseph
commenter cet article

commentaires

stoni 28/10/2012 11:39

enfin c'était une idée d'article comme ça que je te suggérais...

Joseph 28/10/2012 14:04



Cam. Stoni, « Petit père du peuple français », ta lucidité est presque sans limites : tu me donnes des conseils pour mon site internet avant de me nommer
ambassadeur !



stoni 28/10/2012 11:39

merci Joseph, à vrai dire je pensais surtout au contexte politique de cette photo : pourquoi a-t-elle autant marqué ? de quoi était-elle le symbole ? sur quelle toile de fond évènementielle ?

Joseph 28/10/2012 14:53



« Pourquoi a-t-elle autant marqué
? »


Ce geste est pour nous ambigu. La photo
a été reprise par de nombreux médias. Puis elle a inspirée plusieurs artistes.


 


« De quoi était-elle le symbole
? »


On peut choisir entre les différentes significations que j’ai évoquées dans mon
commentaire. Certain le qualifie ironiquement de « baiser fraternel ».Je serais tenté de prendre l’expression au pied de la lettre.


 


« Sur quelle toile de fond
évènementielle ? »


En 1979, la RDA fête son 30e
anniversaire. Lentement mais sûrement l’Allemagne socialiste est reconnue comme Etat à part entière sur la scène internationale (je mets à part la question interallemande et celle de la
reconnaissance de la citoyenneté RDA).



stoni 27/10/2012 13:39

évidemment, l'éducation nationale est le meilleure agent de propagande du capitalisme en France ! On ne peut que sous-estimer ses dégâts, à mon avis.

Sur mon blog j'ai publié une photo du baiser de Brejnev / Honecker. As-tu écrit un article là-dessus, pour en dévoiler le contexte ?
Il s'agissait d'un clin d'oeil comique au "baiser de marseille" et je me suis rendu compte que certains lecteurs ne savaient pas qui étaient " ces deux viocs" ! lol

Joseph 27/10/2012 16:00



Régis
Bossu est un photographe de presse, pas un artiste, En octobre 1979, il n'est pas non plus au premier rang, mais derrière ses collègues qui disposent d’appareils
surdimensionnés. Mais
cette fois, il a de la chance. Leonid
Brejnev termine son discours pour le 30e anniversaire de la RDA. Il ôte
ses lunettes, ouvre les bras et se pince les lèvres. Alors
Régis Bossu appuie sur le déclencheur de son Nikon…


(D’après
http://www.faz.net/aktuell/gesellschaft/bruderkuss-ein-bild-von-einem-bild-1842584.html).


 
                                    





Apparemment
la coutume n’est pas si nouvelle. Dans la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 6, parue en 2000 il est précisé que « [la] coutume du baiser entre hommes était nouvelle
sous l'Empire [romain] ; l'empereur acceptait d'être baisé sur la bouche par les sénateurs et les procurateurs équestres ». (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_2000_num_55_6_279911)





Personnellement,
cette faveur ne me tenterait pas vraiment...


 


 


Sur un
site du Centre de documentation et d'information du collège du collège Saint-Théodard de Montauban il est dit « [qu’au] Moyen Age, le baiser sur la bouche n'était pas réservé aux
relations entre hommes et femmes. Il venait sceller le serment d'allégeance prêté par le vassal à son seigneur. Une manifestation parmi d'autres de l'amitié. » (http://docs.ac-toulouse.fr/col-saint-theodard-montauban/opac_css/index.php?lvl=more_results&mode=keyword&user_query=chevalier+%3A+Moyen+Age).Donc
le Bruderkuss (baiser fraternel) entre Leonid Brejnev, président du Présidium du Soviet suprême de l’Union soviétique, et Erich Honecker, président du conseil d'État de la RDA, était
vraiment un baiser fraternel !





 


 


Vu de la
fenêtre soviétique ou russe la scène est banale : « Il est important de souligner que les différents aspects des baisers (amoureux, rituels et protocolaires) ne sont pas aussi
différenciés qu'il y paraît. On peut prendre à titre d'exemple, les baisers échangés entre les leaders politiques. A première vue, ils sont d'ordre purement protocolaire. Néanmoins, la technique
elle-même de ces baisers (souvent triple, parfois sur la bouche et même à pleine bouche), et aussi le fait qu'ils soient accompagnés d'assurances d'amitié personnelle et d'attachement cordial,
révèlent une certaine composante intime de l'événement. Les journalistes russes publient avec un plaisir particulier les photos des dirigeants qui s'embrassent et parfois toute une série de ces
photos représente des hommes politiques qui s'embrassent en s'enlaçant, qui se hissent sur la pointe des pieds, se tendent l'un vers l'autre d'une manière émouvante, ferment les yeux et donnent à
leurs visages une expression d'abandon, etc. » (Revue des études
slaves, n° 69- 4, 1997 — http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/slave_0080-2557_1997_num_69_4_6429



zorba 21/10/2012 18:28

Juste pour le 100e anniversaire de la naissance d'E. Honeker, une page rappelant les conditions de son procès après l'annexion de la RDA par l'Allemagne est disponible sur
canempechepasnicolas.over-blog.com le blog de J. Levy que tu connais certainement.
Vive le parti communiste allemand!
Salutations.

Joseph 22/10/2012 13:42



Un peu de publicité entre camarades cela se fait.



zorba 19/10/2012 11:12

Quand des programmes scolaires ont été supervisés pendant trente ans par des universitaires de la trempe d'Alain Geismar, il n'est pas étonnant que l'idéologie pro américaine en ait profité et que
les flots anti soviétiques aient été aussi puissants.
Heureusement, l'histoire n'est pas écrite d'avance et rine ne permet d'affirmer qu'après l'effondrement de l'URSS, de nouvelles forces reprendront le flambeau pour abolir la propriété privée des
biens de production et d'échange et installeront un monde sans dieu, sans publicité, sans milliardaires assurant le progrès par la science, la paix par la cohésion sociale et la justice par la
morale humaine.

Joseph 21/10/2012 14:58



Je n’ai rien à ajouter.



zorba 18/10/2012 13:44

Autant l'enseignement de l'histoire-géographie est par nature sous influence, et surtout sous l'influence des défenseurs de la grande bourgeoisie, autant l'enseignement des mathématiques a basculé
sous l'effet des "réformes" vers une apprentissage superficiel à la gloire des valeurs occidentales, le sport, l'humanitaire, la consommation libérée sont maintenant présents à toutes les pages,
autant sous forme d'illustration avec les vainqueurs de Roland Garros que dans les sujets d'exercices tenant à justifier le danger de l'inflation ou les risques écologiques. Tout cela sans
démonstration, ni expérience comme il se doit dans un univers dirigé par les grands patrons du CAC 40 et leurs auxiliaires dévoués. Le couronnement reste l'adoration de l'Union européenne, jamais
autant mise en valeur que dans les derniers programmes du lycée.
La lutte des classes commence à l'école, et pour protéger le Kapital, les programmes scolaires sont une arme défensive redoutable.

Joseph 19/10/2012 10:26



Reçois mon fraternel salut Cam. Zorba !


 
On remarquera que ce manuel scolaire, écrit sous le contrôle de la grande bourgeoisie, avait en 1955, un jugement plus mesuré sur l’expérience
socialiste en général et sur la RDA en particulier.

Cette petite plongée dans le monde de l’éducation nous invite à tirer quelques enseignements sur l’évolution idéologique de nos milieux
dirigeants –et de ceux qui subissent son influence– ainsi que sur la médiocrité de nombreux enseignants et universitaires français !


On ne peut que saluer les efforts de tous ceux qui tentent d’éviter ces deux écueils.



Présentation

  • : Le blog de Joseph
  • Le blog de Joseph
  • : Bienvenue sur une "ALLEMAGNE SOCIALISTE". Bonjour ! Ce bloc-notes virtuel fait par un Français a pour but de donner une autre image de cette autre Allemagne. Il s'appelle "Une Allemagne socialiste" car il traitera essentiellement de la République démocratique allemande (RDA) mais aussi parce que Joseph espère que ses voisins d'outre-Rhin construiront une Allemagne socialiste... --- Benvenuto su "UNE ALLEMAGNE SOCIALISTE" ("UNA GERMANIA SOCIALISTA").Buongiorno !
  • Contact

Recherche

Liens