Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 12:16

null

J’ai profité de quelques nuits calmes dans mon Poitou pour lire. Ce faisant je n’ai pas perdu mon temps. Dans la montagne de livres, j’ai jeté mon dévolu sur L’honneur perdu de Katharina BlumDie verlorene Ehre der Katharina Blum oder Wie Gewalt entstehen und wohin sie führen kann– paru en 1974. Sa lecture est, comme on le dit plaisamment, édifiante.

L’auteur de ce roman, Heinrich Böll, reçut le prix Nobel de littérature et son œuvre fut adaptée pour le cinéma. Sur un site destiné aux enseignants, il est écrit « On ne peut donc faire l'impasse sur ce contexte pour le moins pesant dans l'écriture du roman et celle du film : une première piste  d'analyse peut prendre tout simplement le film comme témoignage d'un moment de l'histoire allemande - et du cinéma allemand, voire européen. ». L’œuvre, sans être la réalité, est considérée comme un témoignage valide et c’est à ce titre que je vais l’employer.

 

Le livre a pour cible principale la « presse de caniveau », il permet aussi au lecteur de constater à quel point les autorités de la RFA avait persuadé de nombreux citoyens ouest-allemands de la dangerosité du communisme, voire de son caractère proprement démoniaque ! null

En RDA, la propagande attaquait, parfois violemment, le camp d’en face, avec une efficacité relative. En revanche, à l’Ouest, la haine du « rouge » était largement partagée. En voici un exemple tiré du livre. « (…) le passé de Mme Woltersheim n’était guère plus vierge que celui de Mme Blorna. Née à Kuir en 1930, Else Woltersheim était fille naturelle d’une ouvrière, laquelle vivait encore. Mais où ? En RDA et ce nullement par contrainte mais au contraire de son plein gré ; à plusieurs reprises en effet, d’abord en 1945, puis en 1952 et enfin en 1961 peu avant l’édification du mur, on lui avait offert de revenir à Kuir, son pays natal où elle possédait une petite maison et un arpent de terre. Mais elle l’avait toujours refusé et chaque fois catégoriquement. ». Etonnant, non ?

 

En Allemagne de l’Ouest il était facile de devenir communiste, même si on ne l’était pas. Mais laissons l’héroïne principale décrire ce processus. « (…) j’ai pensé à mon père qui passait son temps à rouspéter et à vitupérer contre tout, l’Etat, l’Eglise, les autorités, les fonctionnaires, les officiers et que sais-je encore, mais qui, dès qu’il avait affaire à l’un d’eux, se jetait à plat ventre et c’est tout juste s’il n’en pleurnichait pas d’obséquiosité (…) Et bien entendu j’ai pensé aussi au curé qui à l’école m’appelait toujours “notre petite rouge” ; je ne comprenais pas ce qu’il entendait par là et toute la classe s’esclaffait parce qu’alors je devenais rouge pour de bon. ». Il faut ajouter que son pauvre bougre de père avait eu le malheur d’affirmer dans un bistrot de village que « le socialisme [n’était] certainement pas ce qu’il y [avait] de pire ». Point besoin de Stasi, s’occupant de la « vie des autres » pour être marqué au fer… rouge !

 

Enfin, la dernière citation me semble liée à ce climat d’anticommunisme violent et permanent. La voici : « Il s’agit en vérité d’un aveu spontané de Konrad Beiters qui en cette occasion a reconnu être un ancien nazi, seule qualité qui lui vaille probablement de n’avoir attitré l’attention de personne. »

 

Cet anticommunisme, à la fois institutionnel et viscéral ainsi que cette attitude « compréhensive » envers les nazis ont cimenté la RFA qui, depuis la fin des années 1990, est parvenue à asseoir, petit à petit, « l’hégémonie douce » de la nouvelle Grande Allemagne…

Partager cet article

Repost 0
Published by Joseph - dans culture
commenter cet article

commentaires

thomas 01/07/2013 17:21

tu savais que Heinrich Böll a acceuillit L'écrivain russe Alexandre Soljenitsyne, arrêté en 1974 et expulsé d'Union soviétique .

Joseph 02/07/2013 13:32



 « Bien qu'hostile à la Guerre froide et à la reprise de la course
aux armements, Böll n'a jamais manifesté de tendances communistes. Lors de l'expulsion de l'écrivain russe, c'est même lui qui accueille
Alexandre Soljenitsyne dans sa villa de Langenbroich. Pourtant, ses interventions critiques contre la politique intérieure de la RFA - notamment son
intervention en faveur d'Ulrike Meinhof - l'ont classé parmi les hommes de gauche. » Cet extrait glané sur un forum me semble pertinent.


Par ailleurs,
Soljenitsyne n’était pas seulement un contempteur du système soviétique. Quelques années après son arrivée dans le « monde libre » il y dénonçait, entre autres, le « déclin du courage ».



thomas 01/07/2013 17:17

La publication du roman en 1974 est effectivement d'abord une réponse de Heinrich Böll, prix Nobel de littérature, à la presse allemande et au Bild Zeitung qui l'avait violemment attaqué après une
série de ses articles dénonçant l'acharnement de la presse à sensation. Ce roman polémique n’est pas seulement dirigé contre les abus de la presse mais aussi contre le système policier : c'est la
période des années de plomb marquées par la répression s'opposant aux mouvements révolutionnaires violents tels que la Fraction armée rouge menée par Andreas Baader et Ulrike Meinhof.

Joseph 02/07/2013 13:06



La création ou la désignation d’un Ennemi comme la manipulation de certains groupuscules radicaux sont des grands classiques dans l’art
politique. Ils permettent à la grande bourgeoisie d’effrayer la population et, par voie de conséquence, de garder et de conforter son pouvoir Voici quelques exemples récents : maccarthysme
aux Etats-Unis, élections françaises gagnées par la réaction après 1968, « années de plomb » en Italie et en Allemagne.



stoni 13/12/2012 13:52

je viens de lire le roman (traduit en français, évidemment, je n'ai pas la chance de lire ou parler l'allemand). le style "rapport de police" m'a laissé relativement hermétique à l'histoire. en
revanche le roman rend bien l'anticommunisme que tu décris dans l'article. je pense que cet anticommunisme était peut-être accentué par le contexte terroriste de l'époque (RAF).
tu as vu le film ?

Joseph 14/12/2012 12:50



En ce qui concerne l’anticommunisme ton constat est juste.


Ceci étant écrit, je dois avouer que je ne connais pas cette œuvre.


 



Présentation

  • : Le blog de Joseph
  • Le blog de Joseph
  • : Bienvenue sur une "ALLEMAGNE SOCIALISTE". Bonjour ! Ce bloc-notes virtuel fait par un Français a pour but de donner une autre image de cette autre Allemagne. Il s'appelle "Une Allemagne socialiste" car il traitera essentiellement de la République démocratique allemande (RDA) mais aussi parce que Joseph espère que ses voisins d'outre-Rhin construiront une Allemagne socialiste... --- Benvenuto su "UNE ALLEMAGNE SOCIALISTE" ("UNA GERMANIA SOCIALISTA").Buongiorno !
  • Contact

Recherche

Liens