Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 17:07

En 1929, le parti communiste d’Union soviétique de Krivoï Rog, ville et région minières du bassin de Donetsk (situé dans le Donbass en Ukraine) a offert un drapeau rouge au KPD pour les mineurs de la région de Mansfeld.


Il a été remis à la section de Gerbstedt et, durant la République de Weimar, il fut de toutes les manifestations ouvrières. Il fut porté par les ouvriers à chaque 1er mai.

Pendant la période nazie, il fut caché par différentes familles de mineurs de cette localité. En 1934, après un séjour dans le camp de concentration de Lichtenburg, Otto Brosowski, responsable du KPD, pris le risque de dissimuler astucieusement la bannière chez lui.

A la Libération, Otto Brosowski a accueilli l’Armée Rouge avec le précieux drapeau.


Cette histoire a inspiré plusieurs artistes. En 1953, Karl Kothe a peint un tableau intitulé Remise du drapeau à l’Armée Rouge. En 1960 ; Otto Gotsche a publié un roman Le drapeau de Krivoï Rog et, en 1967, Kurt Maetzig a réalisé un film éponyme.

En 1964, le drapeau a été exposé au muée de l’Histoire allemande à Berlin avant de « disparaître » en magasin après le Tournant. En 2007, il réapparut à l’occasion d’une exposition spéciale du musée.

Une caserne (en 1972) et un bataillon (en 1986) ont reçu le nom d’« Otto Brosowski ».

Cette touchante histoire d’amitié entre mineurs, entre communistes allemands et Ukrainiens est bien rafraîchissante. Elle nous fait oublier quelques instants le soutien –notamment militaire– de l’actuel Etat allemand au gouvernement de Kiev noyauté par des fascistes et même des nazis…

Vive le Donbass rouge !

Vive l’Allemagne socialiste


 

Sources :

http://www.nva-interessengemeinschaft-halle.com/fahne.htm

http://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Ukraine-Donetsk-Lugansk-Kharkov-Mariupol-Dnipropetrovsk-se-soulevent-contre-les-putschistes-de-Kiev-et-contre-les_a7570.html

http://de.wikipedia.org/wiki/Fahne_von_Kriwoi_Rog

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Joseph
commenter cet article

commentaires

thomas 25/06/2014 10:39

en quoi c'est confus? contradictoire ?

Joseph 25/06/2014 12:23



A lire tous les commentaires qui suivent cet article on voit bien que l’histoire récente de l’Ukraine est pour le moins difficile à appréhender.
Il faut se garder de tout manichéisme.


C’est humain que les opinions des uns et des autres influencent le choix des textes et la lecture qui en faite.


D’ailleurs, je ne suis pas le dernier à afficher mon soutien mesuré à une des parties en présence tout en souhaitant ardemment que la paix
prévale et que le règlement des différends se fasse de façon civilisée.



Adulith 23/06/2014 22:39

montré une sorte de pamphlet ukrainien (en fait une longue lettre) datant de la fin de la Grande Guerre qui voulait montrer à quel point l'Ukraine était différente de la Russie. :
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=336571DSC05127.jpg ; http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=156842DSC05128.jpg ; http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=821378DSC05129.jpg ;
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=346418DSC05130.jpg ; http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=787881DSC05131.jpg ; http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=668583DSC05132.jpg ;
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=670843DSC05133.jpg ; http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=676803DSC05134.jpg

Jadis 23/06/2014 22:28

J'ai travaillé à partir d'une chronologie trouvée en annexe du livre Ukraine Une histoire en questions de et, ensuite, à l'aide de souvenirs et de recherches sur internet. Iaroslav Lebedynsky,

Joseph 24/06/2014 17:00



Merci pour cette précision.



Jadis 18/06/2014 17:50

L'autonomie de l'Ukraine russe fut proclamée en juillet 1917. Son indépendance fut décidée le 20 novembre 1917 avec la proclamation de la République populaire d'Ukraine.

Dès décembre 1917, la Russie bolchévique entra en guerre avec l'Ukraine républicaine et organisa la formation d'un gouvernement ukrainien soviétique à Kharkiv. Jusqu’en février 1918, la balance
semblait plutôt pencher du côté russe mais les Ukrainiens parvinrent à renverser la vapeur en signant un traité d'alliance avec Berlin et Vienne. Le 9 février 1918, la République populaire
d'Ukraine signait, en effet, un traité avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, encore en guerre contre les puissances alliées. A la fin du mois, aidés par leurs nouveaux alliés, les Ukrainiens
chassaient les Bolcheviks d'Ukraine et reprenaient le contrôle d'un Etat indépendant.

Le coup d'arrêt de cette poussée vers l'est advint à la fin du mois d'avril 1918, lorsqu'un coup d'Etat secoua l'Ukraine républicaine et que Skoropadsky prit le pouvoir. Très rapidement, le 12 juin
1918, un traité de paix fut signé entre le nouvel Etat ukrainien et la Russie soviétique.

Dans le même temps, la région ukrainienne du Kouban avait déclaré son indépendance en février 1918 - peu de temps avant l'alliance de l'Ukraine républicaine avec les Empires centraux. A partir de
mars, les Russes occupèrent le Kouban, ce qui conduisit les Cosaques du Kouban à négocier avec les forces monarchistes russes, les bien-connues armées blanches, pour se prévaloir de leur
indépendance. En août, profitant de l'accalmie des relations russo-ukrainiennes (après le traité de paix de juin 1918), les forces soviétiques se retirèrent du Kouban et accordant une tutelle
ukrainienne sur cette région.

En octobre 1918, à Lvov, en Pologne, des Ukrainiens proclamèrent la République populaire d'Ukraine (bis repetita) et décrètèrent le rattachement de la ville à l'Ukraine voisine, ce qui engendra la
guerre ukraino-polonaise. Pensant profiter du conflit bilatéral pour redorer son blason, Skoropadsky évoqua publiquement une alliance fédérale entre Ukraine agrandie et Russie soviétique mais
l'armée et la paysannerie se rebellèrent contre cette alliance infâme avec l'ennemi d'hier, alors même que les opposants au régime renforçaient leur pouvoir dans la capitale. En décembre,
Skoropadsky avait perdu la partie : l'Ukraine était profondément divisée, Lvov avait été prise par les Polonais (novembre 1918) et le Kouban avait proclamé une nouvelle constitution indépendante
(décembre 1918).

Le 19 décembre 1918, le Directoire, formé des anciens contestataires d'octobre, prit le pouvoir et proclama à nouveau la République populaire d'Ukraine (sic). Immédiatement, les Russes organisèrent
une nouvelle invasion de l'Ukraine mais la situation était chaotique car d'autres groupes armés entendaient profiter du changement de régime pour s'imposer : anarchistes ukrainiens, armées russes
monarchistes réfugiées en Ukraine - avec une composante russe et une composante ukrainienne ! -, indépendantistes du Kouban, armées françaises débarquées à Odessa, etc. En février 1919, les Russes
prirent Kiev et imposèrent la nomination de Petlioura à la tête du Directoire. Les troubles semblèrent un temps se calmer : les Français furent expulsés d'Odessa (avril 1919) et la Galicie
orientale fut occupée par les Polonais suivant les accords de Paix (juin-juillet 1919).

En août 1919, les Ukrainiens tentèrent un nouveau coup de force contre les Russes pour regagner leur indépendance mais la tentative fut un cuisant échec. Les Bolchéviques prirent Kiev avant de la
perdre aux mains des Russes blancs - les ultimes forces des révoltés d'août furent, quant à elles, mises en déroutes à l'automne 1919. En novembre 1919, les Russes blancs parvirent même à s'imposer
au Kouban. En décembre 1919, les armées blanches subirent de cuisants échecs sur le front russe et perdirent leur chef, Dénikine. Au même moment, les derniers représentants de la République
populaire d'Ukraine (celle de décembre 1918 et ceux d'août 1919) nouèrent une alliance avec les Polonais pour reprendre Kiev. La guerre entre Russie soviétique et alliance polono-ukrainienne était
déclarée en avril 1920.

En parallèle, le Kouban faisait à nouveau parler de lui. Après avoir subi l'invasion des armées blanches en novembre 1919, il s'en était défait en décembre 1919/janvier 1920 et parvint à intégrer
un vaste système d'alliance des peuples cosaques unifiant le Don, le Kouban et le Térek (janvier 1920). En octobre 1920, après de longs mois de guerre, les Bolcheviks mirent en déroute les
dernières armées blanches, commandées par Wrangel depuis la fin de l'année 1919, les troupes anarchistes formées en décembre 1918, les armées révoltées d'août 1919, et les armées
polono-ukrainiennes constituées en avril 1920. En mars 1921, les Polonais abandonnèrent leurs alliés ukrainiens au profit d'une alliance avec la Russie soviétique (Traité de Riga). En novembre
1921, les armées ukrainiennes tentèrent une ultime offensive contre les armées russes avant d'abandonner le combat.

L'Ukraine indépendante fut alors démembrée, partagée entre Russie soviétique, Pologne, Tchécoslovaquie et Roumanie

Joseph 20/06/2014 12:16



Merci pour ce résumé des événements fort confus et contradictoires qui se déroulèrent en Ukraine entre 1917-1921. Pourrait-on en connaître les
sources ?



sting 17/06/2014 08:35

le Prométhéisme était un projet politique initié par la Pologne de Józef Piłsudski . Son but était d'affaiblir l' Empire russe et de ses États successeurs, y compris l' Union soviétique , en
soutenant nationalistes des mouvements d'indépendance entre les principaux peuples non russes qui vivaient dans les frontières de la Russie et de l'Union soviétique.

Entre les deux guerres mondiales, prométhéisme et autres concept Piłsudski d'un " Intermarum fédération "constituaient deux complémentaires géopolitiques stratégies pour lui et certains de ses
héritiers politiques

Piłsudski l'élaboration de s de prométhéisme avait été facilitée par une connaissance intime de l' Empire russe acquise en exil par son gouvernement à l'est de la Sibérie . Le terme "prométhéisme"
a été proposé par le mythe grec de Prométhée , dont le don du feu à l'humanité, au mépris de Zeus , est venu à symboliser l'éveil et la résistance à l'autorité despotique.

Une brève histoire de Promethean l'effort de la Pologne fut fixée le 12 Février 1940, par Edmund Charaszkiewicz , un polonais renseignement militaire officier dont les responsabilités à partir de
1927 jusqu'à l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale en Europe en Septembre 1939 avait inclus la coordination du programme Promethean de la Pologne. Charaszkiewicz écrit son papier à Paris après
avoir échappé à une Pologne envahie par l'Allemagne nazie et l' Union soviétique .

"Le créateur et l'âme de la notion Promethean [écrit Charaszkiewicz] était maréchal Pilsudski , qui, dès 1904, dans un mémorandum à la japonaise gouvernement, a souligné la nécessité d'employer,
dans la lutte contre la Russie, les nombreuses nations non-russes qui habitaient les bassins de la Baltique , Noire et la mer Caspienne , et a souligné que la nation polonaise , en vertu de son
histoire, l'amour de la liberté, et la position intransigeante envers [les trois empires qui avaient établi la Pologne de l'existence politique à la fin de 18ème siècle] serait, dans cette lutte,
sans doute prendre une place de premier plan et aider à élaborer l'émancipation des autres nations opprimées par la Russie ".

Un extrait clé de 1904 note de Piłsudski a déclaré:

«La force et l'importance de la Pologne parmi les éléments constitutifs de l'Etat russe enhardir nous nous sommes fixé l'objectif politique de briser l'Etat russe dans ses principaux constituants
et l'émancipation des pays qui ont été incorporés de force dans cet empire. Nous considérons ce non seulement en tant que la réalisation des aspirations culturelles de notre pays pour une existence
indépendante, mais aussi comme une garantie de cette existence, car une Russie dépouillé de ses conquêtes sera suffisamment affaibli qu'elle cessera d'être un voisin redoutable et dangereux ».

Le mouvement prométhéen, selon Charaszkiewicz, a pris sa genèse d'une renaissance nationale qui a commencé à la fin du 19ème siècle chez de nombreux peuples de l'Empire russe. Cette renaissance
découle d'un processus social qui a conduit en Russie à la révolution. Presque tous les socialistes parties, créés dans les communautés ethniquement non russes prirent un caractère national et
placés indépendance au sommet de leur ordre du jour: il en était ainsi en Pologne , l'Ukraine , la Finlande , la Lettonie , la Lituanie , la Géorgie et l'Azerbaïdjan . Ces partis socialistes
prendraient l'initiative dans les mouvements d'indépendance de leurs peuples respectifs. Bien que tous ces pays hébergeaient organisations de caractère purement national que même le champion de
l'indépendance, les partis socialistes, précisément parce qu'ils associaient l'accomplissement de leurs aspirations à l'indépendance avec le mouvement social en Russie, a montré le plus de
dynamisme. Finalement, les peuples de la mer Baltique bassin Pologne , la Finlande , l'Estonie , la Lettonie et la Lituanie - ont gagné et, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale , tous gardé leur
indépendance. Les peuples des noirs et de la mer Caspienne bassins - Ukraine , Cosaques du Don , du Kouban , la Crimée , la Géorgie , l'Azerbaïdjan , l'Arménie , le Caucase du Nord - se émancipés
politiquement 1919-1921 mais ont perdu leur indépendance à la Russie soviétique .

En 1917-1921, selon Charaszkiewicz, que les nations de la Baltique, Noire et la mer Caspienne ont été bassins se libèrent de la tutelle de la Russie, la Pologne était le seul pays qui a travaillé
activement avec ces peuples. Dans ces efforts, la Pologne a rencontré l'opposition de la coalition occidentale; ce dernier a soutenu les anticommunistes) ("White" Russes dans leurs efforts pour
reconstruire l'ancien Empire russe. Dans le même temps, selon Charaszkiewicz, en Allemagne, avec ses forces d'occupation, a renforcé ses influences en Lituanie et en Lettonie, manipulé le
lieutenant-général de l'Ukraine Pavlo Skoropadsky vers fédération ukrainienne avec une éventuelle non-Russie bolchevique, et tenté une hégémonie allemande en le Caucase contre les intérêts
politiques de l'allié de l'Allemagne, la Turquie. Véritables intentions de l'Allemagne étaient enfin manifestée dans le traité de Brest-Litovsk , conclu avec les bolcheviks en 1918.

Pendant Skoropadsky période d 'au pouvoir en Ukraine , l'Allemagne était en guerre avec les deux bolchevique et la Russie impériale . L'Allemagne n'a, cependant, ont une alliance avec les cosaques
territoires de Don et du Kouban ; ceux-ci ont déclaré leur indépendance de la Russie, et Skoropadsky canalisées aide de l'armement allemand à eux. Les Alliés occidentaux, cependant, principalement
la France et la Grande-Bretagne, ne voulaient pas voir la Russie perd territoire et, à la suite de l'effondrement de l'Allemagne en 1918, forcé Skoropadsky de proposer fédération ukrainienne avec
la Russie - ce qui provoque sa chute du pouvoir et une éventuelle victoire bolchevique en Ukraine, beaucoup comme aussi des événements en Géorgie et en Azerbaïdjan.

Immédiatement après la perte de l'indépendance par les peuples des noirs et de la mer Caspienne bassins et l'annexion de ces terres en 1921 par la Russie soviétique , la Pologne est le seul pays en
Europe qui a apporté un soutien matériel et moral aux aspirations politiques de leur Promethean (pro -indépendance) émigrés. Seulement après Hitler l 'adhésion au pouvoir (Janvier 30, 1933),
indique Charaszkiewicz, serait l'Allemagne commencent à montrer un vif intérêt pour la question Promethean. De même le Japon et l'Italie manifestaient un certain intérêt, et France et la
Grande-Bretagne . prêtés soutien moral Cependant, la propagande allemande et de la concurrence avec la Pologne ici nonobstant, l'approche de l'Allemagne s'écarte des principes idéologiques
fondamentaux de prométhéisme; l'approche allemande essentiellement constitué, selon les mots de Charaszkiewicz, "une plate-forme élastique, opportuniste pour détournement, se prêtent à
l'exploitation à des fins politiques allemands actuels dans tous les sens." Il souligne que dans ce domaine il n'y a jamais de lien organisationnelles ou idéologiques entre la Pologne et
l'Allemagne. Les représentants nationaux légitimes des émigrés Promethean alliés avec la Pologne ont montré une loyauté politique marquée en Pologne.
Tout au long des années 1918 à 1939, selon Charaszkiewicz , les dirigeants polonais Promethean constamment observé plusieurs principes. Le but de l'entreprise prométhéenne était de libérer de la
Russie impérialiste, quelle que soit leur allégeance politique, les peuples de la mer Baltique, Noire et la mer Caspienne et de créer une série d'États indépendants comme un front défensif commune
contre l'agression russe. Chaque partie Promethean respecté la sovereigny politique des autres. Tout différend entre les parties Promethean ont été placés en suspens en attendant la libération de
plusieurs partis de la Russie. Par consentement mutuel des polonais et ukrainiens Prometheans (si parfois moins de tout coeur les de pétliouriens la partie), en grande partie des zones du sud-est
Pologne Ukraine peuplées ont été traités comme une sphère polonais interne des intérêts et étaient hors limites Ukrainien Promethean organisation .

Les dirigeants polonais Promethean, écrit Charaszkiewicz, considéré les autres nationalités Promethean comme des partenaires égaux dans la lutte commune contre l'impérialisme russe. Contrairement à
ce qu'on a parfois pensé, selon Charaszkiewicz l'état-major polonais ne pas traiter les différentes communautés d'émigrés Promethean simplement comme des instruments politiques pour être exploitées
à des fins ad hoc des fins de détournement.

Prométhéisme n'avait pas le soutien organisationnel ou politique dans un parti politique polonais de gauche, à droite ou au centre. Dans le Piłsudskiite camp [ Oboz Piłsudczyków ] lui-même,
prométhéisme trouvé de nombreux opposants. Paradoxalement, parmi les jeunes de la Pologne nationale du Parti démocrate -rivaux des Piłsudskiites [ Piłsudczycy ]-et d'autres organisations de
jeunesse de l'opposition, la question a été Promethean spontanément repris et a gagné les défenseurs.

L'histoire de la collaboration entre les deux guerres de la Pologne avec les "peuples" Promethean tombe en cinq périodes.

thomas 16/06/2014 18:48

LE PROMETHÉISME (« Prometeizm »)

Il s’agit d’un projet politique lancé par Pilsudski. Il avait pour but l’affaiblissement de la Russie tsariste puis de l’Etat qui lui a succédé, l’Union soviétique, en soutenant les mouvements
nationaux indépendantistes de la majorité des peuples non-russes vivant dans les frontières de la Russie puis de l’URSS.

Dans l’entre-deux guerres, le Prométhéisme et la fédération « Intermarum » constituait deux stratégies géopolitiques complémentaires de la politique du Maréchal et de quelques uns de ses
héritiers.


Origine du Prométhéisme

Pilsudski mis en œuvre l’idée du Prométhéisme grâce à la connaissance profonde de l’Empire russe qu’il avait acquise lorsqu’il était exilé en Sibérie. Le mythe grec de Prométhée signifiait pour lui
l’illumination des peuples et la résistance à toute autorité despotique.

Une brève histoire des efforts du Prométhéisme polonais, dont voici le résumé, fut rédigée à Paris le 12 février 1940 par Edmund Charaszkiewicz, un officier du renseignement militaire polonais qui
avait dans ses attributions, de 1927 et jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre, la coordination du programme Prométhée.

Le créateur et l’âme du projet Prométhée était le Maréchal Pilsudski qui, dans un mémorandum du début de l’année 1904 au gouvernement japonais, montrait la nécessité d’utiliser dans la lutte contre
la Russie, les nombreuses nations non-russes situées dans les bassins de la Baltique et des mers Noire et Caspienne. Il insistait pour montrer que la nation polonaise, par son histoire, son amour
de la liberté et son attitude sans compromission envers les trois empires qui s’étaient partagés le pays, prendrait sans doute la tête du travail d’émancipation des autres nations opprimées par la
Russie.

Un paragraphe clé du mémorandum de 1904 disait :

La force de la Pologne et sont importance parmi les parties constituantes de l’Etat russe, nous incite à assumer nous même le but de briser l’Etat russe en ses principaux constituants en émancipant
les pays qui ont été incorporés de force dans cet Empire. Nous considérons ceci non seulement comme la conclusion de notre combat national pour un Etat indépendant mais aussi comme une garantie
pour notre existence à partir du moment où la Russie, privée de ses conquêtes, sera assez affaiblie pour cesser d’être un voisin puissant et dangereux.

Le Prométhisme prit naissance, selon Charaszkiewicz, au cours du XIXe siècle lorsque le mouvement des nationalités toucha de nombreux peuples de l’Empire russe. Cette renaissance nationale
provenait d’un processus social qui mena à la révolution en Russie. Presque tous les partis socialistes créés dans les régions non-russes était marqués par la cause nationale et plaçaient
l’indépendance parmi leurs principales revendications. C’était le cas en Pologne, Ukraine, Finlande, Lettonie, Lituanie, Géorgie et Azerbaïdjan. Ces partis socialistes voulaient prendre la tête des
mouvements indépendantistes de leurs pays respectifs. Alors que ces pays abritaient des organisations à caractère exclusivement nationalistes réclamant aussi l’indépendance, les partis socialistes,
parce qu’ils associaient la lutte pour l’indépendance avec le mouvement social répandu en Russie, montraient un plus grand dynamisme. Finalement, les peuples de la Baltique – Pologne, Finlande,
Estonie, Lettonie et Lituanie – obtinrent et conservèrent tous leur indépendance jusqu’à la seconde guerre. Les peuples de la Mer Noire et de la Caspienne – Ukraine, cosaques du Don et du Kuban,
Crimée, Géorgie, Azerbaïdjan, Arménie, Nord du Caucase – s’émancipèrent eux-mêmes politiquement de 1917 à 1921 puis perdirent leur indépendance du fait de l’expansionnisme de la Russie
soviétique.

En 1917-21, alors que les nations de la Baltique, de la Mer Noire et de la Caspienne s’étaient libérées de la tutelle de la Russie, la Pologne fut le seul pays qui entretint un lien actif avec tous
ces peuples. La conséquence fut qu’elle rencontra l’opposition des Alliés occidentaux. Ces derniers appuyaient les Russes « Blancs » anticommunistes dans leur tentative de reconstruire l’ancien
Empire russe. A la même époque, l’Allemagne, avec ses forces d’occupation, renforçait son influence en Lituanie et Lettonie, manipulait leur créature l’« Hetman d’Ukraine » Lieutenant Général Pavlo
Skoropadsky afin de former une fédération avec une possible Russie non bolchevique et essayait d’établir son hégémonie dans le Caucase contre les intérêts de leur allié turque. Les véritables
intentions de cet Empire se manifestèrent dans le traité de Brest-Litovsk conclu avec les Bolcheviks en 1918.

Pendant le gouvernement Skoropadsky en Ukraine, l’Empire Allemand était en guerre avec les Bolcheviks et la Russie tsariste. L’Allemagne conclut une alliance avec les cosaques du Don et du Kuban
qui se déclarèrent indépendant de la Russie – l’Ukraine servait d’intermédiaire pour le transfert d’armement. Les Alliés occidentaux, principalement les Britanniques et les Français, n’acceptaient
pas les pertes territoriales de la Russie et, après le collapsus de l’Allemagne en novembre 1918, forcèrent à leur tour Skoropadsky à proposer une fédération entre l’Ukraine et la Russie – causant
ainsi sa chute et la victoire finale des Bolcheviks en Ukraine puis, par la suite, en Géorgie et Azerbaïdjan.

Après la perte de l’indépendance des peuples de la Mer Noire et de la Caspienne et l’annexion de ces pays par la Russie soviétique en 1921 [OBS : ce qui n’empêcha pas le gouvernement polonais de
reconnaître officiellement la République soviétique d’Ukraine lors de la signature du Traité de Riga cette même année 1921], la Pologne était alors le seul pays d’Europe à donner une aide morale et
matérielle à leurs émigrés d’aspiration politique pro-prométhéenne (c-à-d indépendantiste). C’est seulement après l’accession au pouvoir d’Hitler en janvier 1933, précise Charaszkiewicz, que
l’Allemagne commença à montrer un grand intérêt pour la question prométhéenne. De même, le Japon et l’Italie firent montre du même intérêt alors que la France et la Grande Bretagne y apportaient un
soutien moral. Cependant, propagande allemande et rivalité avec la Pologne mises à part, l’approche allemande du prométhéisme se fondait sur une base idéologique et dogmatique. La conception
allemande, selon les mots de Charaszkiewicz, consistait essentiellement en « une plateforme élastique et opportuniste de détournement, assez souple pour être exploitée au bénéfice de la politique
allemande quelle que soit la direction adoptée. » Il soulignait que sur ce terrain, il n’y eut jamais aucun lien logistique ou idéologique entre la Pologne et l’Allemagne. Les représentations
nationales légitimes des émigrés prométhéens alliés à la Pologne montrèrent une loyauté politique marquée envers la Pologne.

http://www.klub-beskid.com/phorum/read.php?5,169470,169888

sting 16/06/2014 16:18

Les bolcheviques se sont comportes en Ukraine en 1918-1920 comme les francais le firent en Franche Comte en 1640 (mil six cent et quarante apres Notre Seigneur).

Les Russes ont toujours consideres l'Ukraine comme etant dans la Russie (avec une point d'autonomie), comme les Espagnols considerent la Catalogne comme etant en Espagne (Franquiste, royaliste ou
republicains).

La couleur politique n'a rien a voir avec des realites historiques, le concept de Russie, comme celui d'Espagne , d'Allemagne ou de France sont la resultante de mouvements societaux, et ne peuvent
pas etre change aussi facilement que l'on change de gouvernement.

De plus, entre 1920 et 1940, il y avait la doctrine du promethisme qui mettait en danger non seulement le regime bolchevique, mais l'existence meme d'une Russie independante, donc la reconquete de
l'Ukraine etait non seulement une question politique, mais une questin de survie du pays dans le moyen terme (d'ou le combat entre 3 factions au moins en Ukraine).

De nos jours, on peut retrouver une situation similaire, une population exogene, un pays dominant ayant des besoins strategiques (crimee), des fauteurs de troubles se definissant comme pro russes
mais en fait qui sont surtout contre tout etat organise et centralise (la Russie de part sa taille n'est point centralise, mais un conglomerat de potentats locaux plus ou moins assujeti a
Moscou)

http://en.wikipedia.org/wiki/Prometheism

Joseph 16/06/2014 17:11



Je ne maîtrise pas tous les éléments de ce commentaire (notamment le prométhéisme) mais je le publie car c’est un point de vue original.



thomas 15/06/2014 20:31

répondez a cette question : pourquoi don les russes ont envahit l'ukraine au moment ou elle proclamer a son indépendance si ce n'est pour la reconquérir ?

Joseph 16/06/2014 12:28



La lecture de la brève histoire de l’Ukraine ainsi que celle des constitutions ukrainiennes de l’époque montrent qu’il n’est pas possible de placer les
évènements sous le signe du manichéisme.


Ma position a été expliquée. La vôtre semble claire. Si vous en êtes d’accord, nous pouvons clore –provisoirement– ce débat afin de laisser nos
lecteurs se forger leur opinion.


 


 



thomas 15/06/2014 20:23

vous n'êtes pas d'accord avec cette thèse pourtant les russes l'a première chose qui font lorsque l'Uckaine a proclamer sa souveraineté ce n'tait pas négociations mais bien une invasion militaire

thomas 15/06/2014 17:16

je ne parle de la situaiton actuelle je parle de l’Ukraine en 1917-1921.

mais je suis d'accord que des territoire d’Ukraine comme la Crimée majoritairement russe fassent a nouveau partie de la russie mais que la russie n’allie pas plus loin.

thomas 15/06/2014 17:13

je met en avant quel es bolchevique sont avant tout des russes. et els russe ne voulaient pas perde l’Ukraine comme la Finlande, la Cologne l géorgie

thomas 14/06/2014 20:16

cet aveuglement est une insulte au peuple de l'ukraine qui c'est battue pour sa lbierté contre la russie, comme le peuple algérienne c'est battue contre la domination de la France .

Joseph 15/06/2014 14:31



1/ Je ne peux pas accréditer la thèse « des méchants russes bolcho-impérialistes
qui veulent envahir la pauvre Ukraine démocratique ». Dans mes réponses précédentes, j’ai plutôt insisté sur les rapports ambivalents entres les pays frères de la région. Cela dit le soutien
russe aux populations de l’Est de l’Ukraine ne me choque pas a priori. En revanche, l’ingérence de l’Occident me semble très excessive.


 


2/ La comparaison avec l’Algérie est originale mais ne me satisfait pas vraiment. Le
territoire de ce qui deviendra l’Algérie est une colonie française du XIXe siècle alors que l’Ukraine n’a pas arrêté de croiser le destin de la Russie.



thomas 14/06/2014 20:06

une crainte qui est confirmer ils ont envoyer des russe pour envahirent l'ukraine

thomas 14/06/2014 19:59

oui à la fraternité . c'est adire a l'égalité entre les deux pays. mais la russie n'a la pas voulut preuve elle a partage l'ukraine avec d'autre pays européens.

thomas 14/06/2014 00:13

pour que ni le Gouvernement Russe, ni tout autre Gouvernement ne mettent point d'obstacles à ce que l'Ukraine obtienne cette paix, tant désirée, et nécessaire pour le retour à l'ordre, à un travail
productif et à l'affermissement de notre révolution et de notre liberté, nous, Rada Centrale Ukrainienne, annonçons à tous les citoyens de l'Ukraine :
DORÉNAVANT LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE UKRAINIENNE
DEVIENT UN ÉTAT INDÉPENDANT LIBRE ET SOUVERAIN
ET NE RELEVANT D'AUCUN AUTRE.


Le pouvoir n'y appartiendra qu'au peuple ukrainien

a République Démocratique Ukrainienne doit être libérée des violateurs envoyés par Petrograd, qui foulent sous leurs pieds les droits du peuple ukrainien

Joseph 14/06/2014 19:16



Il faut lire les deux proclamations dans leur ensemble avec leurs contradictions. Il y a
effectivement la crainte de la domination russe, mais dans les même temps un appel à la fraternité lancé au pays frères.



thomas 13/06/2014 22:22

citaiton volonté domination de la russie :
Gouvernement des Commissaires nationaux de Petrograd, pour soumettre à sa volonté la libre République Ukrainienne, lui a déclaré la guerre et envoie sur nos terres ses forces — la garde rouge, —
les bolcheviks qui pillent tout le blé de nos paysans, sans en excepter celui prélevé pour les ensemencements, et l'importent en Russie sans le payer, qui tuent les gens inoffensifs et sèment
partout l'anarchie, le carnage et le désordre.

thomas 13/06/2014 22:20

ukraine voulait certe un line fédérateur avec la russie (comme l'est notre eruope) mais elle la Russie voulait domination

thomas 13/06/2014 11:28

solidarité ? elle a proclamé son indépendance en 1918 suite au début de son invasion par les russe !

Joseph 13/06/2014 12:28



Il faut analyser le cas de l’Ukraine en usant de la dialectique.


Le texte de 1918 regrette la guerre avec ses voisins : « Nous, Rada
Centrale Ukrainienne, nous
prenons toute mesure pour empêcher cette guerre entre deux peuples frères, mais le Gouvernement de Petrograd ne nous imite pas et continue une lutte sanglante contre notre peuple et notre
République. »


Mais en conclusion, les rédacteurs de cette déclaration sont bien conscients de leurs liens avec les pays-frères :
« Nous appelons tous nos citoyens à procéder aux élections avec le plus de zèle possible, afin que notre Assemblée Constituante — maîtresse
souveraine de notre pays — puisse se réunir et sanctionner la liberté, le régime nouveau et la prospérité du peuple par la Constitution de notre République Démocratique Ukrainienne, dont le but
sera d'obtenir le bien de tout le peuple travailleur dans le présent et dans l'avenir.


Cet organe supérieur aura le pouvoir de résoudre le problème du
lien fédératif avec les autres Républiques
démocratiques de l'ancien Empire Russe. »


Source : http://mjp.univ-perp.fr/constit/ua1917.htm


 


 



thomas 11/06/2014 19:09

oui mais si les ukrainiens ont proclamer leurs indépendance en 1917 c'est bien parce que ils ne voulait plus être russe

Joseph 12/06/2014 12:21



La proclamation d’indépendance de 1917 et même celle de 1918 sont révélatrices. D’un côté l’Ukraine énumère les attributs d’un Etat ordinaire,
d’un autre côté, elle proclame sa solidarité avec la Russie.


Source : http://mjp.univ-perp.fr/constit/ua1917.htm



thomas 11/06/2014 12:59

donc vous être d'accord pour dire qu'avec Ukraine ,l'URSS (la Russie) c'est comporté comme un conquérant

Joseph 11/06/2014 16:09



Non.


 


Les rapports entre l’Ukraine sont bien plus compliqués que cela.


 


Entre, d’une part, ceux qui considèrent que l’Ukraine est le berceau de la Russie et qu’il doit rester intégré à la Fédération et, d’autre part,
ceux qui estiment que l’empire russe -et son avatar soviétique- a envahit cette région, toutes les nuances sont possibles…



thomas 11/06/2014 09:59

vous savez qu'en 1917 la RADA (une assemblée crée pendant la 1ère révolution de 1917) avait proclamer l'indépendance de l'Ukraine le 8 novembre ! mais les russes mettrons fin a cette indépendance
en 1921 .

Joseph 11/06/2014 12:24



Effectivement, cette esquisse de pays a une histoire bien mouvementée. Il faut donc chercher derrière les propagandes.


Voici un extrait intéressant et relativement mesuré qui traite de cette période :


 


Ainsi, l’Ukraine n’a jamais véritablement existé en tant qu’État avant 1914.


Durant la Première Guerre mondiale, les Russes occupent la Galicie en 1915 mais sont chassés par une contre-offensive des Allemands, qui
finiront par occuper presque tout le pays. C’est une période de troubles que la révolution de 1917 catalyse.


Entre 1917 et 1920, près de six armées combattent sur les steppes ukrainiennes : armées blanches de Wrangel et de Dénikine, armée rouge, armée
polonaise de Pilsudski, contingents occidentaux et armée anarchiste de Makhno. Toutes les tentatives d’indépendance ukrainienne – comme les deux brèves républiques ukrainiennes – sont balayées
par les combats.


En mars 1921, le traité de Riga entérine le partage de l’Ukraine entre ses voisins. La Pologne garde la Galicie orientale, la Roumanie prend
pied en Bukovine du nord et en Bessarabie du sud, la Ruthénie subcarpathique rejoint la Tchécoslovaquie et l’URSS s’empare à nouveau de l’Ukraine centrale et orientale. Ainsi une République
d’Ukraine apparait pour la première fois sur la carte européenne, mais elle intègre la nouvelle URSS. »


 


Source : http://ukraine.eurasie.ru/comprendre-lukraine-lhistoire-du-pays


 



Présentation

  • : Le blog de Joseph
  • Le blog de Joseph
  • : Bienvenue sur une "ALLEMAGNE SOCIALISTE". Bonjour ! Ce bloc-notes virtuel fait par un Français a pour but de donner une autre image de cette autre Allemagne. Il s'appelle "Une Allemagne socialiste" car il traitera essentiellement de la République démocratique allemande (RDA) mais aussi parce que Joseph espère que ses voisins d'outre-Rhin construiront une Allemagne socialiste... --- Benvenuto su "UNE ALLEMAGNE SOCIALISTE" ("UNA GERMANIA SOCIALISTA").Buongiorno !
  • Contact

Recherche

Liens