Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 12:12

Lors d’une récente cérémonie retransmise par toutes les télévisions du monde les chefs d’Etats et les représentants des pays capitalistes ont, avec un certain lyrisme, célébrer la réunification allemande. Pourtant, tout ce petit monde aurait dû faire profil bas. En effet, ces mêmes cercles dirigeants avaient, à une certaine époque, des plans pour l’Allemagne qui ressemblaient fort aux célèbres partages de la Pologne. De surcroit, ces mêmes milieux sont à l’initiative de la création de la RFA.

Le mono-étatisme est récent en Allemagne et il n’a pas toujours eu d’heureux effets… Par certains aspects, le génie allemand -ses chercheurs, ses humanistes…- ne semblait pas être gêné par la coexistence dans l’espace allemand de différentes entités étatiques.

Face à la propagande bourgeoise, je publie un extrait d’une brochure d’une autre propagande : celle de la RDA. Ce texte date du début des années 1960. Le français est quelque peu malmené mais on comprend quand même où veulent en venir les auteurs.

« En opposition à la conception ferme de l'Union Soviétique d'une Allemagne unie, démocratique et pacifique, il y avait déjà pendant la seconde guerre mondiale plusieurs plans de division de la part des alliés occidentaux.

En 1941, le journaliste américain, Th. N. Kaufmann publia une brochure au titre « Germany must perish » (l'Allemagne doit périr). Kaufmann exigea dans cette publication que l’Allemagne devrait être partagée entre la France, la Hollande, la Belgique, la Pologne et la Tchécoslovaquie, projet qui est illustré au moyen de la carte. il est significatif que l'Angleterre en était exclue. Kaufmann propageait en outre la stérilisation de tous les hommes et femmes allemands survivants, pour ainsi faire s'éteindre la grande majorité du peuple dans une seule génération. Goebbels faisait publier une grande édition de cette brochure, pour d'abord répandre la, terreur en renforcer ensuite la volonté de résistance de la population.

Pendant l'agression fasciste contre l'Union Soviétique, les nazis ne reculèrent pas devant l'affirmation mensongère que le plan Kaufmann était un projet soviétique !

 

 

En 1943, à la conférence de Téhéran, le président Roosevelt présenta le premier plan américain officiel au sujet, de la division de l'Allemagne.

Ce plan prévoyait une division de l'Allemagne en cinq pays: la Prusse,

le Hanovre avec plusieurs régions de l'Allemagne du Nord, la Saxe avec le district autour de Leipzig,

la Bavière, la Bade, le Wurtemberg,

la Hesse.

La Sarre,

la Ruhr,

Hambourg,

le canal et le port de Kiel devaient être soumis à un contrôle international.

Winston Churchill, en tant que chef de la délégation britannique, approuva ce plan.

Selon ses propres mots, il craignait beaucoup (« la puissance d'une Allemagne unie »).

La délégation soviétique déclina ce projet, en motivant que (« la volonté du peuple de réaliser son unité politique serait toujours très forte et que le morcellement territorial inclurait à la fois le danger d'un nouvel essor des tendances nationalistes. »)

Deux autres projets de division apparurent en 1944, après le rejet de ce premier plan: le remplaçant du secrétaire d'Etat américain, M. Summer Welles, proposa en juin 1944 de déchirer l'Allemagne en trois Etats, dont l'un devrait se former de l'Allemagne occidentale, l'autre de l'Allemagne orientale et le troisième de l'Allemagne du Sud. Ce plan n'a jamais été traité officiellement,

A Québec au Canada eu lieu, du 11 au 16 septembre 1944, une conférence séparée entre les représentants des gouvernements américain et britannique. Le ministre des Finances des Etats-Unis, M. Morgenthau, présenta un plan rigoureux de tripartition selon lequel l’Allemagne devrait être divisée en

un Etat de l'Allemagne du Nord,

un Etat de l’Allemagne du Sud,

et en une zone internationale contrôlée par les Nations-Unies.

La Sarre et les régions avoisinantes, entre la Moselle et le Rhin, devraient être incorporées à la France.

Morgenthau exigeait en outre la destruction ou bien le démontage des industries de la. Ruhr et de la Sarre, ainsi que l'arrêt des travaux miniers.

Cette région devait être « tellement affaiblie et soumise à un contrôle tellement rigoureux que le développement d’un nouveau centre industriel, dans un avenir plus ou moins rapproché, y serait impossible.  »

La perspective s'offrant à l'Allemagne s'appelait d'après Morgenthau : « Terre arable et pâturage ».

Le consentement de Churchill a été littéralement acheté par la promesse du ministre des Finances américain d'accorder à l'Angleterre un crédit d'après-guerre de six milliards et demi de dollars. De plus, on faisait entrevoir à l'Angleterre qu'elle pourrait prendre en possession un grand nombre des marchés allemands pour le fer et l'acier et exclure ainsi un concurrent dangereux.

En octobre 1944, le plan Morgenthau fut rejeté par l'Union Soviétique qui désigna ce projet « d'indiscutable ». La propagande de Goebbels profita surtout du plan Morgenthau, afin de rendre accommodants encore beaucoup d'hommes allemands pour « la guerre totale » quand la guerre fasciste touchait déjà à sa fin ».

 

Lors de la conférence de Potsdam, du 17 juillet au 2 août 1945, le problème allemand se trouva au centre des débats. La délégation des Etats-Unis offra un autre plan sur l'Allemagne, qui prévoyait à nouveau une tripartition:

Un Etat se formant de l'Allemagne du Nord avec la capitale Berlin,

un Etat se formant de l'Allemagne occidentale avec la Ruhr et la Sarre, Etat, qui, selon J'opinion de Truman, devait être d'abord soumis au contrôle international, pour ensuite être transformé en un Etat séparé; un Etat se formant de l'Allemagne du Sud avec la capitale Vienne,

Etat qui devait englober les pays allemands de Bavière, ·Wurtemberg et Bade, ainsi que l'Autriche et la Hongrie.

L'acceptation de ce plan a été empêchée par l'Union Soviétique.

En raison de l'initiative soviétique, les participants de la conférence ont décidé :

"De continuer à traiter l'Allemagne d'un ensemble uni et de lui donner la possibilité de prendre un développement démocratique et pacifique." »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anonyme 17/03/2012 17:23

Vous parlez de la conférence de Yalta de 1945, or moi je parle de celle de Téhéran. Lors de cette dernière, Staline ainsi que Rossevelt et même Churchill émettent l'idée de démembrer l'Allemagne à
la fin de la guerre. Staline et Roosevelt sont tous les 2 d'accord sur le fait de l'anéantir dans l'idée qu'elle ne puisse plus se rebeller et déclencher une nouvelle guerre. Churchill, lui, veut
séparer la Prusse et la punir plus que les autres régions d'Allemagne. Tout cela pour vous préciser que lors de la conférence de Téhéran (à ne pas confondre avec celle de Yalta donc), Staline et
Roosevelt sont d'accord et snobent même Churchill... Bien à vous :)

Joseph 18/03/2012 14:49



Merci pour ces précisions.


Cordialement.


Joseph



XO 19/02/2012 17:26

Visiblement vous n'avez rien compris à la conférence de Téhéran. Roosevelt et Staline était d'accord sur l'idée de démembrer l'Allemagne en 5 tandis que Churchill ne voulait qu'isoler la Prusse.
Staline s'est d'ailleurs moqué de lui le jugeant trop sympathique avec l'Allemagne... Roosevelt et Churchill n'était pas du tout d'accord l'un avec l'autre.
http://books.google.fr/books?id=msBBuV_RRNcC&pg=PA253&lpg=PA253&dq=d%C3%A9membrement+de+l%27allemagne+t%C3%A9h%C3%A9ran&source=bl&ots=v5sVTE_2q4&sig=DUOVc_vHZihck0KEB8UNAbSwwpM&hl=fr&sa=X&ei=HBlBT5nKOJGGhQf2_fHMBQ&ved=0CDIQ6AEwAg#v=onepage&q=d%C3%A9membrement%20de%20l%27allemagne%20t%C3%A9h%C3%A9ran&f=false
p.253
Bien à vous.

Joseph 20/02/2012 15:21



Bonjour,


De la part de l’Union soviétique, je ne crois pas que c’est faire preuve d’angélisme ou
de naïveté, de penser que la position de son gouvernement à ce sujet était essentiellement un moyen de pression supplémentaire.


« Le 26 mars, le Kremlin faisait dire par le biais de F. Gusev : « Le
gouvernement soviétique ne comprend pas la décision de la conférence de Crimée quant à la question du démembrement de l’Allemagne comme une obligation impérative mais simplement comme une
possibilité afin de faire pression sur l’Allemagne au cas où les autres moyens mis en œuvre s’avèreraient insuffisants pour rendre ce pays inoffensif. ».


Source : http://books.google.fr/books?id=ZdWoH2UgkR0C&pg=PA79&lpg=PA79&dq=%22d%C3%A9membrement+de+l'allemagne%22+%22t%C3%A9h%C3%A9ran%22+%22yalta%22&source=bl&ots=-9BAi7QaW3&sig=uzZ4mn0zC-C-mJvsEGl2ca30Gnw&hl=fr&sa=X&ei=DVFCT5qkHsvD8QOl0dyuCA&sqi=2&ved=0CEUQ6AEwBQ#v=onepage&q=%22d%C3%A9membrement%20de%20l'allemagne%22%20%22t%C3%A9h%C3%A9ran%22%20%22yalta%22&f=false


Staline déclarait après la Victoire : « Il y a trois ans, Hitler a publiquement affirmé
que le démembrement de l'Union soviétique et le détachement de celle-ci du Caucase, de l’Ukraine, de la Biélorussie, de la région baltique et d’autres territoires comptaient parmi ses tâches. Il
a déclaré ouvertement : "Nous anéantirons la Russie de façon à ce que jamais elle ne puisse se relever" C'était il y a trois ans. Mais les idées saugrenues d’Hitler ne devaient pas se réaliser :
la guerre les a réduites en poussière. Au lieu de cela, quelque chose de directement opposé à ce sur quoi les hitlériens déliraient est survenu. L’Allemagne a été battue à plate couture, les
troupes allemandes capitulent. L'Union soviétique célèbre la victoire, bien qu'elle ne se prépare ni à dépecer, ni à anéantir l’Allemagne.


Camarades ! La Grande Guerre patriotique s’est terminée par notre victoire complète. La
période de guerre en Europe a pris fin, et celle du développement de la paix a commencé.


À votre victoire, mes chers compatriotes ! »


Source : http://keruss.com/BookPDF/URSSV1_3.pdf


 


Les méandres de la diplomatie et de la politique font souvent qu’au cours des années
tout le monde dit tout et l’inverse de tout !


Cordialement.





Joseph


 



Présentation

  • : Le blog de Joseph
  • Le blog de Joseph
  • : Bienvenue sur une "ALLEMAGNE SOCIALISTE". Bonjour ! Ce bloc-notes virtuel fait par un Français a pour but de donner une autre image de cette autre Allemagne. Il s'appelle "Une Allemagne socialiste" car il traitera essentiellement de la République démocratique allemande (RDA) mais aussi parce que Joseph espère que ses voisins d'outre-Rhin construiront une Allemagne socialiste... --- Benvenuto su "UNE ALLEMAGNE SOCIALISTE" ("UNA GERMANIA SOCIALISTA").Buongiorno !
  • Contact

Recherche

Liens