Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Extrait de l’ouvrage de William BLUM, Les guerres scélérates, sorti chez Parangon en 2004. Il s’agit d’un passage du chapitre 8 intitulé « Allemagne, années cinquante » (pp. 66-68).

 

Sans commentaire…

 

 

« La CIA, alliée à d’autres services militaires et de renseignement américains en RFA (avec la collaboration occasionnellement des services secrets britanniques et de la police ouest-allemande), recruta, forma et finança des activistes allemands, isolés ou en groupe, à l’Ouest comme à l’Est. Il n’était pas difficile de trouver des recrues pour cette croisade dans l’Allemagne d’après-guerre, où l’anticommunisme perdurait comme seul vestige respectable du nazisme.

Le plus actif de ces groupes, connu sous le nom de « Fighting Group Against Inhumanity » a reconnu avoir été financé par la Ford Foundation et le gouvernement ouest-allemand »5. Un magazine de Berlin-Est dénicha plus tard une lettre de la Ford Foundation confirmant le versement d’une subvention de 150 000 dollars au « National Comittee for a Free Europe », pour « soutenir les activités humanitaires du Fighting Group Against Inhumanity »6.

Le « National Comittee for a Free Europe », qui dirigeait également Radio Free Europe, n’était rien d’autre qu’une organisation de couverture de la CIA7.

Citons deux autres groupuscules engagés dans la campagne contre l’Allemagne de l’Est : l’« Association of Political refugees from the East » et l’« Investigating Comittee of Freedom-minded Jurists of the Soviet Zone ». Les méfaits des activistes allaient de la petite délinquance au terrorisme pur et dur ; tout était bon pour « enfoncer les cocos ». Au final, les divers intervenants ont8 :

·        utilisé explosifs, incendies, couts-circuits et autres dispositifs pour endommager une usine électrique, des chantiers navals, un barrage, des canaux, des installations portuaires, des bâtiments publics, des stations-essence, des boutiques, une station de radio, des étalages en plein air, des transports publics ;

·        fait déraillé des trains de marchandises, laissant les cheminots gravement blessés ; incendié douze wagons d’un train de marchandise et détruit les tuyaux à air de plusieurs autres ;

·        fait sauter des ponts routiers et ferroviaires ; placé des explosifs sur un pont de la ligne Berlin-Moscou, qui auraient causé des centaines de morts s’ils n’avaient pas été découverts à temps ;

·        saboté à l’aide d’acides spéciaux, des machines indispensables à la bonne marche des usines ; introduit du sable dans la turbine d’une usine ; incendié une fabrique de carrelage ; encouragé les grèves du zèle, volé des plans et des échantillons de nouvelles inventions techniques ;

·        tué 7 000 vaches d’une coopérative laitière en introduisant un poison dans le revêtement en cire de la ficelle utilisée pour emballer leurs bottes de fourrage ;

·        glissé du savon dans les stocks de lait en poudre destinés aux écoliers est-allemands ;

·        saccagé les bureaux des organisations de gauche dans les zones Est et Ouest de Berlin ; dérobé les listes de leurs membres ; agressé, enlevé et parfois assassiné des personnalités de gauche ;

·        lancé des bombes puantes dans les meetings politiques ;

·        lâché des ballons gonflables en direction de l’Allemagne de l’Est qui diffusaient, en éclatant, des tracts de propagande par milliers ;

·        été arrêtés en possession d’importantes quantités de cantharidine, un poison mortel dont ils avaient l’intention de truffer les cigarettes destinées à divers responsables est-allemands ;

·        tenté de gâcher le Festival mondial de la jeunesse de Berlin-Est en distribuant de fausses invitations promettant l’hébergement et les repas gratuits, puis de faux avis d’annulation ; crevé les pneus des participants, posé des explosifs et des bombes incendiaires ; incendié un pont en bois situé sur un des principaux axes routiers desservant le festival ;

·        produit et distribué, en grand nombre, de fausses cartes de rationnement alimentaire (correspondant, par exemple, à 60 kg de viande) pour provoquer la confusion, la pénurie et le mécontentement général ;

·        fait circuler de faux avis d’imposition et d’autres directives et documents officiels contrefaits, destinés à entraîner la désorganisation et l’inefficacité de l’industrie et des syndicats ;

·        « aidé et accueilli à bras ouverts » les responsables est-allemands du soulèvement du 17 juin 1953 ; pendant et après l’évènement, la RIAS (Radio in the American Sector), radio américaine de Berlin-Ouest, adressa des discours incendiaires à la population est-allemande, qu’elle appelait à résister contre le gouvernement.

Dans le cadre de ces opérations, des centaines d’agents américains ont été arrêtés et jugés par l’Allemagne de l’Est. Néanmoins, l’absence de barrières linguistiques permettait aux activistes de se glisser d’une zone à l’autre et d’infiltrer différentes structures avec une aisance remarquable, qui faisait de l’Allemagne, plus que tout autre pays de l’Europe de l’Est, un terrain d’intervention privilégié pour la CIA.

Tout au long des années cinquante, la RDA et l’URSS n’ont cessé de déposer des plaintes auprès de leurs anciens alliés occidentaux et des Nations unies, invoquant des actes de sabotage et d’espionnage précis, et demandant la fermeture, à Berlin-Ouest, des bureaux qu’ils estimaient responsables de ces délits. Inévitablement, l’Allemagne de l’Est renforça progressivement le contrôle des entrées depuis l’Ouest.

Autre fléau pour la RDA, la vigoureuse campagne de recrutement menée par l’Ouest parmi les professions libérales et les travailleurs qualifiés est-allemands. Cet effort provoqua une grave pénurie de main d’œuvre et une crise de la production à l’Est, et aboutit à la construction, en août 1961, du Mur de Berlin. »

 

Notes

5. New York Times, 6 novembre 1952, p. 3.

6 Democratic German Report, 13 février 1953.

7 Victor Marchetti et John Marks, The CIA and the Cult of Intelligence, New York, 1975, p. 147.

8 Democratic German Report, 1952 à 1957 ; Nation’s Business, avril 1952, pp. 25-7, 68-9 ; Sanche de Gramont, The Secret War, New York, 1963, pp. 479-80 ; The New Yorker, 8 septembre 1951 ; The Nation, New York, 24 juin 1961, pp. 551-2 ; Andrew TULLY, CIA : The Inside Story, Fawcett, New York, 1962, pp. 133-4 ; Saturday Evening Post, 6 novembre 1954, p. 64 ; Jonathan KWITNY, Endless Enemies : The Making of the Unfriendly World, New York, 1984, p. 165.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Joseph
  • Le blog de Joseph
  • : Bienvenue sur une "ALLEMAGNE SOCIALISTE". Bonjour ! Ce bloc-notes virtuel fait par un Français a pour but de donner une autre image de cette autre Allemagne. Il s'appelle "Une Allemagne socialiste" car il traitera essentiellement de la République démocratique allemande (RDA) mais aussi parce que Joseph espère que ses voisins d'outre-Rhin construiront une Allemagne socialiste... --- Benvenuto su "UNE ALLEMAGNE SOCIALISTE" ("UNA GERMANIA SOCIALISTA").Buongiorno !
  • Contact

Recherche

Liens